L’évolution de l’architecture de l’aide internationale et les changements de paradigme intervenus sous l’impulsion des Organisations de la Société Civile (OSC) au niveau international, ces quinze dernières années se traduisent par le passage d’une part, des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) aux Objectifs de Développement Durable (ODD), et d’autre part, de efficacité de l’aide à efficacité du développement. Au centre de ces changements de paradigme, il y a :
(i) la reconnaissance des OSC en tant qu’acteurs de développement de plein droit et
(ii) l’adoption de l’approche de Gestion axée sur les Résultats de Développement (GRD) avec son corollaire,
(iii) l’Approche Fondée sur les Droits de l’Homme (AFDH), par opposition à l’approche traditionnelle fondée sur les objectifs et les moyens.
A tout ce qui précède, il faut ajouter la redevabilité qui s’impose de plus en plus comme un pilier important de la GRD et une condition pour mobiliser la participation citoyenne inclusive devenue le leitmotiv du Programme de développement durable à l’horizon 2030 : « transformer notre monde et ne laisser personne de côté dans cette quête collective de mieux être et de prospérité partagée».
Pour mettre en œuvre la GRD et cette approche fondée sur les droits de l’homme, il est indispensable de connaître lesdits droits ainsi que tout l’arsenal juridique qui sous-tend les engagements pris au niveau international par les États et leurs organisations, pour libérer l’humanité de la tyrannie de la pauvreté et du besoin et pour prendre soin de la planète et la préserver. Ces engagements internationaux, selon le cas, sont traduits dans les textes de lois et règlements aux niveaux régional et/ou national et méritent d’être également appropriés, notamment par les acteurs de la société civile qui sont engagés dans la promotion du respect des droits de l’homme et de efficacité du développement.
C’est pour répondre à cette double nécessité d’appropriation et utilisation efficace des textes juridiques que la Plateforme des Acteurs de la Société Civile au Bénin (PASCiB) a produit en 2018, avec le soutien technique et financier de la Coopération Technique Belge (Enabel), le recueil des accords, lois et autres textes, utiles pour le Contrôle Citoyen de l’Action Publique (CCAP) au Bénin.

Ce recueil met à la disposition de la PASCiB, de ses membres et partenaires, différents textes susceptibles d’aider à l’exercice du CCAP pour accroître efficacité de la contribution de la société civile à la gestion des affaires publiques.
Le présent manuel sur le CCAP est conçu et réalisé dans cette même perspective. Élaboré sur la base d’une recherche documentaire approfondie et des entretiens avec les acteurs clés de la Société Civile, ce Manuel renferme des outils adaptables à différents contextes pour faire de la citoyenneté active une réalité au Bénin. Il concrétise à nouveau l’engagement de la PASCiB en faveur d’une société civile bien
préparée pour la cause de la bonne gouvernance et la démocrate participative à tous les niveaux.

Télécharger le manuel

Manuel CCAP