Handicap international (HI) est une organisation de solidarité internationale indépendante et impartiale, qui intervient dans les situations de pauvreté et d’exclusion, de conflits et de catastrophes. Œuvrant aux côtés des personnes handicapées et des populations vulnérables, elle agit et témoigne, pour répondre à leurs besoins essentiels, pour améliorer leurs conditions de vie et promouvoir le respect de leur dignité et de leurs droits fondamentaux.

HI est depuis 2009 une fédération constituée d’un réseau d’associations nationales (France, Belgique, Suisse, Luxembourg, Allemagne, Royaume Uni, Canada, États-Unis). Handicap International a rouvert ses bureaux à Cotonou en 2011 dans la cadre de la mise en œuvre du projet Droits, Égalité, Citoyenneté, Solidarité et Inclusion des Personnes Handicapées (DECISIPH).

Le projet Health, Education & Livelihood Africa : a Sustainable Inclusion Approach (HELASIA) est un projet multi pays, mis en œuvre dans trois (3) pays (le Bénin, l’Ethiopie et le Rwanda). Financé par l’Agence Norvégienne de Développement, ce projet a démarré en octobre 2019 et prendra fin en décembre 2022. L’objectif global du projet est d’« Améliorer la situation des personnes handicapées en Afrique par leur participation effective à l’élaboration et à la mise en œuvre de politiques et de programmes aux niveaux local, national et régional ».

Au Bénin, avec le démarrage des activités du projet, des études seront réalisées pour produire des informations utiles pour les Organisations de Personnes Handicapées (OPH) et pour les différents acteurs du développement intéressés par la problématique du handicap. De même les Organisations des Personnes Handicapées (OPH) du Littoral et du Borgou qui se sont constituées en réseaux verront leurs capacités renforcées afin de favoriser une réelle participation au processus du développement local. Selon RGPH4, la commune de Cotonou compte environ 11.842 Personnes Handicapées et 1.541 pour la commune de Parakou.

Le processus de la reforme de l’administration territoriale enclenché au Bénin, aux lendemains de l’historique Conférence des forces vives de la nation (qui s’est tenue à Cotonou du 19 au 28 février 1990), a donné lieu à la décentralisation. Cette dernière consacre le partage du pouvoir, des compétences, des responsabilités et des moyens entre l’Etat central et les collectivités territoriales (les communes). Elle est entrée dans sa phase active avec les premières élections locales en décembre 2002 et l’installation des premiers conseils communaux en 2003 (février-mars).

Les communes sont devenues alors le cadre institutionnel idéal pour l’exercice de la démocratie à la base, et par conséquent un cadre propice pour la concrétisation de la stratégie d’habilitation ou de responsabilisation des communautés à la base en vue d’un véritable développement local. Les nouvelles collectivités territoriales décentralisées devraient donc favoriser un développement
local plus inclusif.

En effet le développement inclusif est un processus basé sur les droits humains qui promeut l’égalité et la participation du plus grand nombre, et en particulier des groupes confrontés à la discrimination et à l’exclusion. Appliqué aux personnes handicapées, il leur garantit une reconnaissance comme des membres de la société à part entière et à droits égaux impliqués et contribuant activement et sur la base de l’égalité avec les autres au processus de développement pour tous. Le développement inclusif peut être mis en œuvre au niveau local et national. Il implique les notions de « développement pour tous », « société pour tous » qui permet d’inclure de manière égale ceux qui sont traditionnellement exclus, marginalisés tout en reconnaissant la diversité et les différences. Il se fonde sur une compréhension du handicap basé sur le modèle social : c’est la société qui crée des situations de handicap pour les personnes.

Le développement local inclusif des personnes handicapées s’inscrit dans le cadre de la décentralisation, avec les autorités locales comme interlocuteurs clés.
Dans ce cas, il peut constituer une réponse à l’ensemble des droits des personnes
handicapées en général et à leur droit à la participation citoyenne en particulier comme le prescrit la Convention relative aux droits des personnes handicapées ratifiée en 2012 par notre pays.

En effet la situation des personnes handicapées et le niveau de leur participation au processus décisionnel restent peu étudiés dans les communes du Bénin en l’occurrence à Cotonou et Parakou : zone d’intervention du projet.
Évidemment la promotion d’un développement local inclusif dans ces villes suppose
que les OPH intègrent les différents cadres de dialogue et de concertation qui ont été

mis en place pour un développement participatif des villes. C’est pourquoi, le présent
appel se fait pour recruter un consultant pour procéder à un diagnostic local participatif des barrières à la participation des personnes handicapées à la gouvernance locale.
Les communes concernées par la présente consultation sont : Cotonou et Parakou.